Retrouvez moi sur :

Etienne Schwarcz | [ES] Photographies
16293
page,page-id-16293,page-template-default,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-9.1.3,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive

[ES] Photographies

Mémoires Gitanes
Facette chinoise

“J’aime ces moments de rencontre, ces moments furtifs où les regards se croisent, illuminant l’instant, et laissant des traces sur cette pellicule invisible de notre mémoire…”

A fleur de peau

Capter les sensations, les états qui nous touchent, nous bouleversent… se laisser imprégner, traverser par le corps de l’Autre…

Démarche artistique

Au moment de prendre une photo, je me sens entrer dans l’appareil, me réduire, devenir une partie de l’image que je reçois, la capter et dans le même temps me dissoudre en elle, dans un plaisir fusionnel chaleureux et ensoleillé.
Seule reste la lumière que je perçois, qui m’inonde,
tel le flux et reflux de la mer
c’est à chaque fois une leçon d’humilité
ce n’est pas moi qui domine l’image, c’est elle qui m’envahit et me conquiert.
A cet instant se révèle cette intime explosion,
cet intime laisser glisser, sans volonté affichée, ni dominer
juste à porter à son paroxysme
une lumière, une chaleur existentielle
physiquement palpable
dont je deviens partie intégrante.
Ensuite il reste l’impatience de découvrir ce que le capteur a pu retenir
parfois j’en suis émerveillé,
mais souvent aussi déçu,
ne retrouvant aucunement dans ce que je contemple
la mémoire lumineuse et chaleureuse
de l’instant traqué.
Je me sens abandonné, délaissé, vide éteint et sans perspective.
J’avoue que je sentais confusément au moment de l’extatique déclenchement que ce n’était pas le vrai, juste un subterfuge pour me donner l’illusion de l’instant infini
j’essayais de me mentir à moi, de me convaincre
et surtout de convaincre le caillou dans mes mains
qui reste lui imperturbable face à mes aspirations d’éternité
juge implacable de mes faux espoirs et de leur réalités cruelles.
Et j’en reste à tenter encore
à me remettre en chasse,
tout en abandonnant tout sens vindicatif
en état de veille, d’attention
en écoute, en attente
à me laisser émouvoir
à me glisser dans l’instant qui passe
à en prendre conscience
à être
à exister
à nouveau
m’abandonner à l’instant de vie.